Biomasse Normandie

Présentation Biomasse Normandie

Une association technique toujours pionnière

Depuis 1983, Biomasse Normandie travaille au développement de projets innovants permettant de valoriser les ressources organiques des territoires. Au carrefour de la valorisation agronomique et énergétique de la biomasse et des déchets, l’association est au cœur des enjeux environnementaux, économiques et sociétaux du monde actuel et elle inscrit son action dans un contexte en perpétuelle évolution, nécessitant d’explorer de nouvelles voies vers l’efficience énergétique et la maîtrise des dépenses publiques.

Comme ses aînés à l’origine de l’association, l’équipe de Biomasse Normandie ne manque ni d’énergie ni d’enthousiasme pour mener à bien des réflexions visant à répondre aux problématiques actuelles : la diminution des ressources, le changement climatique et la pollution. A l’instar de la création de la première unité de méthanisation agricole en Normandie dans les années 80 à Marchésieux (50) ou encore de la conception du prototype de la chaudière automatique au bois Clorofil et de son fameux brûleur Lucifer au début des années 90, Biomasse Normandie ne cesse d’innover et d’expérimenter de nouvelles pratiques et/ou technologies. Au vu du contexte national et international, le champ d’investigations est énorme : comment valoriser les déchets de bois, les cendres des chaufferies bois… ? Comment collecter les biodéchets d’un territoire ? Comment évaluer l’efficacité des travaux d’économie d’énergie ? Comment accompagner les territoires pour inciter la population à adopter des comportements durables tant sur le plan environnemental qu’économique et social ?…

Un conseil d’administration qui veille à maintenir l’indépendance de l’association

Présidé par François Taudière, le conseil d’administration de Biomasse Normandie compte 21 membres répartis en 4 collèges.
Le statut associatif de Biomasse Normandie et la composition de son conseil d’administration permettent d’assurer :

  • une impartialité vis-à-vis des acteurs privés et de leurs intérêts,
  • une objectivité quant aux choix technologiques et techniques préconisés dans les études réalisées,
  • une équité, notamment dans le cas d’études menant à des procédures d’appel d’offres.

Pour en savoir plus: https://www.biomasse-normandie.fr/qui-sommes-nous/

Partager cet article :