Qui sommes-nous ?

Un réseau d’agences régionales sur tout le territoire français…

Le Réseau des Agences Régionales de l’Energie et de l’environnement (RARE) fédère les agences et structures qui agissent sur des missions d’intérêt général, dans le domaine du développement durable, à l’échelle des régions en France métropolitaine comme dans les régions et territoires d’outre-mer. En ce sens, il constitue une passerelle sur les thématiques énergétiques et environnementales entre acteurs du secteur partout en France.

… pour représenter, valoriser, partager et mutualiser

Depuis 1996, le RARE intervient en appui aux agences régionales de l’énergie et de l’environnement pour valoriser leur savoir-faire et favoriser les échanges d’expérience sur l’accompagnement des territoires dans leurs politiques de développement durable. Le RARE poursuit quatre objectifs :

  • Être une interface sur les questions relatives aux politiques de développement durable entre les agences régionales et les acteurs institutionnels au niveau national (Ministère de la Transition écologique et solidaire, ADEME, Régions de France…),
  • Valoriser la richesse constituée par l’ensemble des savoir-faire des agences à travers des actions communes de sensibilisation, d’animation, d’évaluation et d’observation,
  • Être un espace d’échanges d’expériences, de savoirs et de savoir-faire pour les agences régionales,
  • Élaborer des outils partagés et harmoniser les approches méthodologiques entre les agences.

> Téléchargez la plaquette du RARE.

Organisation

Le fonctionnement du RARE est collaboratif, basé sur la participation de ses membres.

Au-delà de la gouvernance associative classique (bureau, CA, AG), le RARE fonctionne par groupes de travail thématiques. Les groupes de travail actifs sont les suivants :

  • Observation Energie Climat
  • Observation Déchets
  • Biodiversité
  • Management de la transition
  • Communication (échange entre les communicants de nos structures)

D’autres groupes de travail sont ponctuellement activés selon les besoins (par ex. Economie circulaire, Climat, Projets européens…).

Un Comité des directeurs se rassemble une fois par mois pour échanger sur les évolutions du secteur, les jeux d’acteurs, et les propositions à porter aux acteurs institutionnels nationaux afin de défendre le rôle et la légitimité des agences / observatoires.