AURA-EE

Chamonix-Mont-Blanc s’adapte aux effets du changement climatique avec son plan climat « haute montagne »

Afin de lutter contre les effets du changement climatique, Chamonix-Mont-Blanc s’est engagé dans un plan climat « haute montagne » avec un premier volet de mesures s’étendant sur la période 2019-2021. Pour la collectivité, les objectifs sont de limiter les conséquences du réchauffement climatique, de préserver l’environnement montagneux ainsi que l’activité touristique importante pour le territoire. Les premières actions s’effectuent sur quatre sites à fort enjeu touristique où une intervention est nécessaire.
Le réchauffement climatique modifie les paysages mais également les pratiques en haute montagne. A travers son plan climat, Chamonix-Mont-Blanc intègre ces changements et met en place différentes mesures afin de préserver ses espaces et ses équipements.

Rénovation des refuges et sécurisation des accès

L’une des premières conséquences des canicules et plus largement du changement climatique, sont les éboulements sur les voies d’accès aux refuges. Des itinéraires séculaires ne peuvent aujourd’hui plus être utilisés, compromettant certaines voies, comme celle très empruntée de l’arête des Cosmiques. Il s’agit donc de les sécuriser, voire de les fermer si nécessaire.
Les refuges sont également dégradés comme par exemple celui des Cosmiques dont la cavité naturelle de son fondoir (réserve d’eau sous la roche munie d’une pompe en surface et d’une sonde thermique qui empêche l’eau de geler) s’est asséchée cette année. Les besoins en eau du refuge, ont obligé la collectivité à construire un nouveau fondoir.

Entretien des équipements et ouverture des remontées mécaniques adaptées

La hausse des températures fragilise les équipements de haute montagne. Si les nouvelles constructions prennent déjà en comptent cette problématique, les équipements en place depuis de nombreuses années, demandent de gros investissements d’entretien. En effet, une dégradation du permafrost (état thermique qui permet à la glace interne de jouer un rôle de ciment dans la roche et à la glace externe de maintenir des températures basses) fragilise les pylônes des télécabines comme celui du Bochard ou encore celui de l’Aiguille du midi qui a dû rester fermé quatre mois pour travaux.
La commune travaille également sur la période d’ouverture des remontées mécaniques du domaine des Grands Montets afin de l’étendre jusqu’à la saison d’été. Cela permettrait d’être en adéquation avec la nouvelle saisonnalité des pratiques de la haute montagne, autre conséquence du changement climatique.

Sensibilisation du public et sécurité

Un nouvel édifice, le « Centre international d’interprétation des glaciers et du climat » est en construction sur le site emblématique de la vallée du Montenvers. Il constituera un outil pédagogique expliquant les effets liés au changement climatique. Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une réhabilitation du site avec également le déplacement de la télécabine qui descend à la Mer de glace.
Chamonix met l’accent sur la sécurité via une information préventive liée à la météo et la mise en place d’une aide à la formation pour les jeunes alpinistes.
Il s’agit de premières orientations qui pourront évoluer en fonction des nécessités, de l’émergence de nouveaux projets et de l’avancement des discussions entre Chamonix-Mont-Blanc et les partenaires associés.
Source : France3 Auvergne-Rhône-Alpes

  • En savoir plus

Aller sur le site de RAEE

Mots clés : ,

Partager cet article :